Sauvons (d’abord) les auteurs !

Le SnacBD a découvert hier, comme l’ensemble des auteurs, le communiqué commun d’éditeurs « Sauvons le festival d’Angoulême »  interpellant la ministre de la culture pour qu’elle nomme un médiateur afin de mener à bien, et de toute urgence, la refondation du Festival d’Angoulême.

Même si le Snac BD, fort de ses 400 adhérents, ne peut que souhaiter que ce festival, fenêtre principale de notre secteur et donc de nos  professions, puisse effectivement bénéficier d’une refondation. Il regrette que ni le SNE , ni le SEA n’aient eu la présence d’esprit de nous consulter avant la publication de ce communiqué.

Cette refondation devra se faire impérativement avec la participation des auteurs et de leurs représentants, sans quoi nous la considérerons  comme illégitime.

En outre, puisque nos éditeurs s’inquiètent du « mécontentement des auteurs souvent mal traités par l’organisation du festival »,  nous  voulons que leurs  inquiétudes se focalisent d’avantage sur la situation des auteurs fragilisés et en voie généralisée de paupérisation.

Enfin et pour rappel : sans auteurs, pas d’éditeurs, pas de festivals.

Le snacBD.

 

 

Partager Google+ LinkedIn