Compte-rendu du rendez-vous (26 juin) avec le ministère de la culture

Compte-rendu du rendez-vous (26 juin) avec le ministère de la culture et le ministère des affaires sociales en présence du Snac BD et avec la participation d’un représentant du Conseil Permanent des Ecrivains *(CPE).

Le ministère des affaires sociales nous a expliqué les raisons légales au regard de règles européennes sur le fonctionnement des régimes de retraite obligatoire par différence avec les systèmes d’assurances volontaires. Le système des forfaits « par classe » doit donc être abandonné pour garder son statut de caisse de Sécurité sociale.

Le ministère des affaires sociales nous a exposé également qu’il n’avait pas à remettre en cause une décision du conseil d’administration du RAAP, souverain dans ses décisions, qu’il estime être représentatif des « partenaires sociaux » et que son rôle est maintenant de valider la décision par les textes réglementaires nécessaires. Toutefois, il n’y a aucune date butoir urgente et une concertation peut parfaitement se dérouler.

L’absence totale de concertation sur la réforme et les problèmes que pose ce projet ont été exposés dans le détail et entendus par les différents représentants des ministères.

Le SnacBD a insisté également sur l’extrême tension dû à un sentiment légitime d’un manque total de considération des auteurs.

Il ressort de cette réunion que le cabinet de la ministre de la culture confirme la nécessité, comme l’indiquait la lettre de la ministre (ci-jointe), de prendre d’urgence contact avec le conseil d’administration du RAAP pour discuter avec lui des difficultés posées par cette refonte des modalités de cotisations du régime complémentaire. Le cabinet de la ministre nous a demandé de le tenir informer de nos démarches avant d’envisager la suite, en particulier si une concertation véritable ne s’ouvre pas.

Le Snac BD déplore que le ministère de la culture ne s’implique pas plus clairement dans son soutien aux auteurs.

La demande de concertation avec le conseil d’administration du RAAP nous semble devoir être menée sous la responsabilité du CPE, car la réforme ne concerne pas seulement les auteurs BD mais tous ceux du livre. La date de ce rendez-vous, que nous espérons rapide, vous sera communiquée.

Le Snac BD fera partie de la délégation du CPE et nous souhaitons vivement que le conseil d’administration du RAAP soit attentif aux inquiétudes et aux demandes des auteurs et que de significatives évolutions de la réforme puissent être apportées puisque, comme l’a écrit Mr Fréderic Buxin président de CA du RAAP dans sa « Lettre aux auteurs de BD » :

« Il faut considérer les réalités d’aujourd’hui »

Restons vigilants et mobilisés,

Le snac BD.

 

*Conseil Permanent des Ecrivains qui regroupe toutes les organisations des auteurs de l’écrit

Partager Google+ LinkedIn

Action Lettre Ouverte…

Chers auteurs,

Vous  avez été 1161 à participer à la « lettre ouverte » à la ministre de la Culture. Cette liste est maintenant close*.

 le lien pour voir la lettre avec la liste complète des signataires*

Cette action, la vôtre, permet à une délégation d’auteurs et à ses représentants syndicaux d’être reçue aujourd’hui Jeudi 26 Juin au cabinet du ministère de la Culture. Seront présents M. Alexandre Ruf, conseiller en charge des affaires sociales, Mme Clarisse Mazoyer, conseillère en charge de la Presse, du Livre, de la Lecture, de la Langue Française et de la Culture Scientifique, ainsi que M. Renaud Villard, conseiller en charge des régimes de retraite du ministère des Affaires sociales et de la Santé (en charge du dossier RAAP) . Parce que cette mobilisation ne concerne pas uniquement les auteurs de BD mais bien les auteurs dans leur ensemble, M. Geoffroy Pelletier, secrétaire général du CPE (Conseil Permanent des Écrivains, qui fédère la majorité des organisations d’auteurs du livre), se joindra à la délégation.

Nous vous transmettrons un compte-rendu de cet entretien le plus rapidement possible.

Ce n’est qu’un début, restons mobilisés et vigilants.

Le SnacBD.

* Nous avons rencontré quelques soucis techniques dans la gestion de cette liste aussi, certains auteurs ont peut-être été oubliés. Nous les  prions de bien vouloir nous en excuser et les remercions sincèrement pour leur mobilisation.

Auteurs : Luttons ensemble

Le SNAC BD est heureux de voir que la mobilisation commence à porter ses fruits, qu’une première réponse de la ministre a été apportée, grâce au soutien de tous les auteurs de notre milieu.

Cependant, cette réponse ne concerne que les auteurs de BD. Or, nous voyons bien que d’autres secteurs d’auteurs veulent eux aussi protester, être défendus… et il semblerait que beaucoup se demandent comment faire.

Nous sommes le groupement bd du SNAC (Syndicat National des Auteurs Compositeurs). En tant que tel, nous portons la voix des auteurs de Bande Dessinée, dont nous connaissons les spécificités et les problématiques induites par la réforme.

Toutefois, le SNAC a été créé pour fédérer les auteurs d’horizons divers pour défendre leurs intérêts. Il y a des groupements pour chaque secteur, notamment la littérature, l’audiovisuel, la musique, la traduction. Même si vous ne vous reconnaissez pas dans ces groupements, si vous êtes concerné par cette réforme de l’Ircec, alors vous êtes auteur. Vous pouvez trouver chaussure à votre pied dans un groupement, ou en créer un.

D’autres organisations professionnelles peuvent également vous aider, comme nos amis de la Charte, pour les auteurs/illustrateurs jeunesse (elle-même adhérente au SNAC), la SGDL (qui regroupe les écrivains, poètes, essayistes…), des organisations de peintres, comme le SNAP, l’UNPI
Enfin, pensez aux sociétés de gestion, qui, si vous leur faites part de votre mécontentement, vous défendront. Parmi les plus connues, SACDSACEMSCAM.

Sachez enfin que le SNAC participe au CPE (Conseil Permanent des Écrivains)où toutes ces organisations et sociétés sont représentées. Une session se tient la semaine prochaine. La réforme de l’Ircec et la colère qu’elle suscite seront évidemment un sujet de première importance.

Rejoignez ces organisations si vous ne l’avez pas déjà fait. Plusieurs d’entre elles sont en train de mettre en place des plans d’action concrets. Montrez-leur votre envie d’agir, votre implication.

Sachez également que nous envisageons, au Snac BD, de faire des propositions d’actions élargies à tous les organismes d’auteurs qui veulent se joindre à nous.

Il est important de nous fédérer.

Le Snac BD

Aux auteurs adhérents à la SOFIA

Comme vous avez dû en être informés par courrier, ce jeudi 19 juin, la SOFIA (Société Française des Auteurs de l’Écrit), renouvelle son Conseil d’Administration. Vous êtes tous appelés aux urnes.

Le SNAC-BD rappelle que la SOFIA, outre la gestion des droits de prêt en bibliothèque, prend actuellement en charge la moitié de nos cotisations à la retraite complémentaire gérée par le RAAP. Leur décision de poursuivre ce financement après la réforme n’a, à ce jour, pas été prise.

La menace que fait actuellement peser sur nous le conseil d’administration du RAAP, rappelle à quel point il est primordial, pour les auteurs, de faire valoir leurs voix et d’élire en conscience des représentants à même de défendre leurs intérêts.
Nous pensons que M. DAVID CAMUS est le mieux à même de défendre les intérêts des auteurs de bande dessinée et vous encourageons donc à lui donner votre voix.

Trois possibilités s’offrent à vous :

  • Sur place : Lors de l’Assemblée Générale qui aura lieu jeudi 19 juin à 11h, au siège de la SDGL, Hôtel de Massa, 38 rue du Fbg-St-Jacques – 75014 Paris. / Métro St Jacques. L’idéal si vous pouvez vous le permettre.
  • Par courrier : recommandé AR lundi 16 au plus tard, grâce à l’enveloppe de retour « Sofia – Assemblée Générale » que vous avez reçue. (ATTENTION : mettre le bulletin dans l’enveloppe rose puis la glisser dans la blanche au dos de laquelle vous écrirez en majuscules nom et prénom, et signé. Sans cela le vote est nul).
  • En donnant votre pouvoir : à tout auteur adhérent à la SOFIA, dans la limite de cinq pouvoirs par personne, grâce au bulletin mis à votre disposition par courrier.

LE SNAC-BD

Financer les retraites de demain avec la précarité d’aujourd’hui ?

Nous avons rencontré ce jour messieurs Frédéric Buxin et Dominique Le Brun, respectivement président et membre titulaire du Conseil d’administration du RAAP.

Nous rappelons à toutes fins utiles que MM. Buxin et Le Brun sont eux-mêmes des auteurs (i.e. photographe et écrivain). Ils sont donc censés représenter les intérêts de notre profession vis-à-vis de l’administration sociale.

Nous leur avons expliqué que les auteurs sont heureux qu’on améliore leur couverture retraite, mais, vu leur faible revenu, très souvent en dessous du SMIC, ils sont d’avantage préoccupés par leur quotidien. Ce qui importe aux auteurs est d’abord de parvenir à joindre les deux bouts.

Nous leur avons exprimé la difficulté que va représenter pour les auteurs de verser en 2016 une cotisation de 8%, ceci, dans une période de crise et de baisse généralisée des revenus d’auteurs.

Nous leur avons dit qu’en matière de communication et de débat sur une réforme aussi profonde du régime, ils ne pouvaient se satisfaire d’échanges feutrés avec les sociétés de gestion. Il fallait également dialoguer avec toutes les organisations d’auteurs et d’artistes afin d’établir ensemble un projet de réforme qui aille dans le sens d’un réel progrès social.

À tous ces arguments, Messieurs Buxin et Le Brun, nous ont répondu fort aimablement, qu’il était dans leur devoir de mener cette réforme, aussi impopulaire soit-elle qu’« il fallait parfois savoir faire le bien des auteurs contre leur volonté ».

Nos représentants (car ces messieurs nous représentent) nous ont avoué se soucier davantage des grands équilibres et de notre retraite que de nos conditions de (sur)vie.

Aujourd’hui, malgré notre réunion, ils nous ont déclarés n’attendre plus que le feu vert du ministère des affaires sociales pour lancer la réforme en l’état.

En conclusion, le conseil d’administration du RAAP défend des intérêts qui nous semblent très éloignés de la réalité de la plupart de leurs cotisants. Il appartient aux auteurs de se mobiliser et se fédérer. Nous devons faire entendre notre voix et faire pression sur les pouvoirs publics si nous voulons infléchir l’axe de cette réforme dans une direction, juste et acceptable pour tous !

Aussi nous lancerons très prochainement une action collective dans ce but.

Restez vigilants et à l’écoute !

 

 

LE SNAC BD