Tous les articles par Snac BD

Censure iranienne – Soutien à Sepideh Jodeyri

Julia Maroh a attiré notre attention sur la censure qui frappe la traductrice de la version iranienne de “Le bleu est une couleur chaude”.

Sensibles à ce sujet, nous nous permettons de relayer sa tribune. N’hésitez pas à partager, attirer l’attention des pouvoirs publics, les réseaux sociaux ont déjà prouvé leur efficacité dans ce genre d’affaire. Continuer la lecture de Censure iranienne – Soutien à Sepideh Jodeyri

Partager Google+ LinkedIn

La Marche des Auteurs – Angoulême, le 31 janvier 2015.

La Marche des auteurs du samedi 31 janvier, ayant réuni plusieurs centaines de personnes lors du dernier festival d’Angoulême, a été un franc succès.

Cette mobilisation sans précédent témoigne de l’engagement des auteurs de Bande-dessinée, du travail effectué par le SnacBD et les autres représentants d’auteurs et commence à porter ses fruits.

La ministre de la Culture et de la Communication, ainsi que celle des Affaires Sociales, ont adressé un courrier à l’attention du Président du RAAP, M. Frédéric Buxin lui rappelant qu’il était nécessaire de poursuivre un travail de concertation et que cette démarche devait conduire à un consensus le plus large possible. La ministre de la Culture, Mme Fleur Pellerin, s’est aussi engagée à relancer le processus de concertation et d’échanges sur la réforme du régime de base de la Sécurité sociale des auteurs (AGESSA, MDA…).

Trois rendez-vous sont d’ailleurs prévus pour le CPE (dont le Snac fait partie) les 2 Mars et 3 Mars avec le ministère ASF et le ministère de la culture sur ces questions de la reforme sécu et du RAAP.

Continuer la lecture de La Marche des Auteurs – Angoulême, le 31 janvier 2015.

Discours Marche pour la Création, Angoulême, le samedi 31 janvier 2015.

photo : Valérie Chappellet

 

« Cher(e)s ami(e)s

Cette marche, nous l’avions prévue il y a déjà plusieurs mois, pour dénoncer la précarité grandissante et alarmante dans laquelle se trouvent de nombreux auteurs de BD.

Mais avant d’en revenir à ces préoccupations profondes, et suite aux récents évènements qui ont bouleversé le pays, il est évident que si nous sommes réunis aujourd’hui, c’est aussi pour rendre un hommage aux victimes des attentats des 7 et 9 janvier.

A toutes les victimes bien entendu, mais plus particulièrement, puisque nous sommes aujourd’hui à Angoulême, aux journalistes et caricaturistes de “Charlie Hebdo”, parmi lesquels beaucoup d’entre nous comptaient des ami-e-s proches. Car comme l’ont prouvé les Grands Prix d’Angoulême remis par le passé à Reiser, Pétillon, Wolinski ou Willem, les liens entre Bande-dessinée et Dessin de Presse ont toujours été forts et nombreux : et si nos manières de travailler sont différentes, nous appartenons bien à la même famille.

C’est pour eux tous que nous avons donc une pensée particulière aujourd’hui : pour les survivants, qui n’ont maintenant plus d’autre choix que de réapprendre à vivre malgré l’onde de choc de ce drame; et pour les disparus : Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré et tous ceux qui ont été tuées juste parce qu’ils travaillaient à Charlie Hebdo et qu’ils y “dessinaient et imprimaient des petits bon-zhommes avec des gros nez”.

Et il y a d’ailleurs là une situation suffisamment absurde et tragi-comique pour être soulignée : il a fallu que des terroristes s’en prennent à des caricaturistes pour qu’on se rappelle que dessiner n’était pas si anodin.

Et à l’heure où, dans notre profession, certains se prennent à douter, se demandent si ce qu’ils font a un sens, s’il y a encore le moindre intérêt à faire nos “petites cases à la con”, nos “petites BD”, tout seul dans notre coin, ces meurtres constituent une violente et aberrante piqûre de rappel : il faut croire que dessiner peut parfois avoir du poids, puisqu’on peut se faire tuer pour ça.

Bien sûr, ça ne fait pas des auteurs de “Charlie-Hebdo” des super-héros, des saints ou des martyrs, et ça fait encore moins de tout dessinateur de BD un résistant ou un militant engagé – et non, effectivement, les “Aventures de Rififi le Canard” ne sont pas toujours un brûlant pamphlet lancé à la face du Pouvoir) : mais, tout de même, oui, il faut croire que s’exprimer par le dessin doit avoir un tout petit peu de sens, puisque des milliers de personnes, en France et dans le monde entier, ont brandi des crayons lors des manifestations des 10 et 11 janvier.

Or le paradoxe absolu de cette situation, c’est qu’alors même que l’on voit fleurir partout les preuves d’un puissant attachement au dessin, à la liberté d’expression et à la culture, notre profession se porte mal, nous obligeant aujourd’hui à manifester notre colère.

Il y a presque 40 ans, il a fallu que les auteurs et artistes “descendent dans la rue” pour être entendus et pour que l’État crée un régime de sécurité sociale adapté à leurs réalités.

Il a fallu insister encore –  et pendant des années – pour que les auteurs bénéficient en 2012 du droit à la formation professionnelle continue, alors même que ce droit est reconnu pour tous les français – et depuis bien longtemps – par la Constitution.

Mais, au terme de ces avancées sociales durement acquises et alors que le marché du livre connaît une crise importante, une lettre du président du Conseil d’Administration du RAAP a provoqué l’incompréhension, et la colère dans toute la profession, auteurs et artistes confondus. Cette lettre du 5 mai 2014 annonçait une réforme du régime de retraite complémentaire obligatoire, dont les modalités, décidées sans concertation avec les auteurs, reviendraient à nous retirer chaque année l’équivalent d’un mois de revenus – alors même que l’immense majorité des auteurs gagne moins que le SMIC.

Depuis cette date, les auteurs et artistes – et en particulier ceux du groupement Bande-Dessinée du Syndicat National des Auteurs et Compositeurs – se sont mobilisés et ne cessent de dénoncer un dialogue à sens unique : car le Conseil du RAAP ne nous entend pas, annulant même les dernières réunions prévues, ce qui nous semble pour le moins irresponsable alors même que notre mouvement ne faiblit pas, bien au contraire : il prend de l’ampleur.

C’est pourquoi nous nous tournons aujourd’hui vers Le Président de la République, Monsieur François Hollande.

Nous vous demandons, Monsieur le Président – ainsi qu’à Madame Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales – de prendre vos responsabilités et de négocier avec les véritables partenaires sociaux : les organisations représentatives des auteurs et artistes ! Nous vous demandons d’intervenir pour qu’une réelle concertation s’établisse avec des interlocuteurs pertinents et prêts à avancer avec nos représentants.

Nous ne remettons pas en cause le principe de la proportionnalité, mais le taux trop élevé – de 8% – choisi sans concertation, qui est irréaliste, inacceptable et contre-productif au vu des revenus moyens de l’ensemble de la profession.

Monsieur le Président, faut-il vous rappeler que les auteurs et les artistes, outre leur importance symbolique et culturelle, sont aussi à l’origine d’une richesse économique qui confère à leur secteur la troisième place de contributeur au PIB, devant l’industrie automobile ? Faut-il aussi vous rappeler que les artistes et auteurs ne pèsent rien sur l’assurance chômagepuisque nous n’en bénéficions pas – et pas plus sur les comptes de la Sécurité Sociale et de l’Assurance Vieillesse ?

Monsieur le Président, cette marche des auteurs pour la création, vous devez le comprendre, n’est qu’une des premières démonstrations d’un mouvement social inédit pour une profession pourtant réputée individualiste et désorganisée, mais aujourd’hui mobilisée et déterminée.

Il est désormais de votre responsabilité de faire, en lien avec le Ministère de la Culture, le Ministère des Affaires Sociales, et les organisations représentatives des auteurs, les bons choix pour la culture et pour le rayonnement de la France.

Car nous pouvons vous assurer que nous resterons attentifs et mobilisés. »

Discours écrit par Fabien Vehlmann, porte parole des auteurs.

Marche des Auteurs… tous mobilisés !

Chers Auteurs et chers lecteurs,

Le meilleur moyen de soutenir la manifestation « la marche des auteurs» reste  évidemment  de pouvoir vous y rendre.

Celle-ci aura lieu le Samedi 31 Janvier  à 14h30. Départ prévu au « monde des bulles » sur le champ-de Mars ; après un passage devant l’espace Franquin et l’espace paraBD (les halles), elle se terminera  devant la Mairie d’Angoulême vers 15h30 avec une courte prise de parole des auteurs.

Pour ceux qui y participent , vous trouverez ici (à télécharger) quelques visuels pour la fabrication de pancartes (format A3)…

Nous sommes bien conscients que tout le monde ne pourra pas être là. Voici donc une action que le SnacBD propose aux auteurs et lecteurs absents le jour J :

Comme vous le savez tous, la bande dessinée, ce n’est pas que trois jours par an à Angoulême, aussi  nous vous proposons, avec le concours des libraires volontaires (que nous souhaitons nombreux) de vous rassembler par ville/par librairies le Samedi 31 Janvier, et de prendre une photo commune dans votre librairie (ou ailleurs si vous  n’avez pas de librairie accueillante).  Munissez-vous d’un carton/pancarte  «nous soutenons la marche des auteurs »  et, si possible,  convoquez-y  la presse locale.  Ce sera  l’occasion d’aborder  les problèmes que les auteurs rencontrent (reforme RAAP en tête – un document sera mis à votre disposition par le Snac BD) mais aussi,  pour chaque « groupe » ainsi constitué,  de prolonger les réflexions ensemble  (débats, discussions , etc. ) – À chacun d’entamer la réflexion sur ce sujet.

Le SnacBD a envoyé un mail à 200 libraires pour les prévenir de cette action mais tous ne seront pas au courant , n’hésitez pas à leur en faire part, en contactant le snacbd (info@syndicatbd.org) ils pourrons recevoir les infos, l’affiche et le tract de cette opération.

Vous avez fait bouger les lignes en Juin avec la lettre ouverte, et en Octobre avec le débrayage de St Malo. Dans ce contexte difficile de concertations figées,  les rapports de force se profilent.  Cette manifestation est un point d’orgue très important de notre mobilisation, et elle sera déterminante pour  les actions et discussions à venir.

Soyons donc tous  MOBILISES et SOLIDAIRES  !

Merci !

Le Snac BD.

 

Concertations RAAP dans l’impasse ?

Attention-auteurs

Lundi 1er décembre devait se dérouler une réunion technique entre une délégation des membres du CPE*, des représentants de la Sofia**, ainsi qu’avec des représentants du RAAP.

Ces derniers ont annulé cette réunion, demandant à la ministre des Affaires sociales qu’elle explicite sa « feuille de route ». Si le courrier de Marisol Touraine propose d’accorder du temps pour une concertation, le RAAP, lui, affirme recevoir des pressions du ministère lui imposant en réalité de précipiter la réforme.

Une autre date de réunion avait été programmée le 11 décembre entre des représentants du RAAP et du CPE. Une nouvelle fois, et pour le même motif, cette dernière a été annulée.

Dans les deux cas, les représentants du SNAC qui devaient participer à ces réunions ont été prévenus au dernier moment de la situation. Non seulement ces façons de faire témoignent d’un manque de considération envers les organisations représentant les auteurs, mais elles suscitent maintenant notre plus vive inquiétude quant à la volonté, tant du C.A. du RAAP que du ministère des Affaires sociales, de mener à terme, avec les auteurs, de véritables concertations.

D’ailleurs, mercredi 10 décembre, le CPE a interpellé à ce sujet la ministre de la Culture, Mme Pellerin, dont la réaction conforte les auteurs dans leur entreprise de négociation et de dialogue.

Pour autant, aujourd’hui, force est de constater que le dialogue social est dans l’impasse. Les auteurs affiliés au RAAP n’ont plus d’autre choix que d’envisager des actions individuelles ou collectives auprès du ministère des Affaires Sociales.

C’est pourquoi, Le SNAC BD invite les représentants du RAAP à reprendre date avec le CPE et la SOFIA au plus tôt, pour reprendre une concertation constructive.

Quant à Mme Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, le SNAC BD attend qu’elle prenne ses responsabilités et crée les conditions tangibles et transparentes d’un véritable dialogue sur toutes les modalités de la réforme de la retraire complémentaire des artistes auteurs.

Le SNAC BD.

* – Organisation qui rassemble des organisations professionnelles d’auteurs, dont le SNAC

** – Société qui gère les droits d’auteurs générés par les prêts en bibliothèque et qui selon la loi, doit financer en partie – à 50 % -, les cotisations retraite des auteurs du livre, écrivains, traducteurs et illustrateur

Marche des auteurs le Samedi 31 Janvier 2015

Aux auteurs, aux artistes, et à tous ceux qui les soutiennent,

 Il y a près de 40 ans, les artistes auteurs descendaient dans la rue pour que soit créé un régime de sécurité sociale adapté à leurs réalités.

Depuis, attaqués de toute part, nos maigres acquis et nos conditions de travail ne cessent de se dégrader.

La plus urgente menace, contre laquelle nous nous battons depuis six mois, est un projet de réforme non concertée, insoutenable dans ses modalités, reviendrait à nous amputer d’un mois de  revenus – une réforme brutale totalement déconnectée de nos réalités.

Il est temps que les auteurs reprennent la main sur  les conditions d’exercice de leur métier, sur l’évolution de leur statut, et qu’ils puissent prendre part systématiquement aux décisions qui les concernent.

 le Snac BD a annoncé à la conférence de presse du FIBD ce qui pourrait marquer symboliquement et médiatiquement cette reprise en main :

Un appel à l’ensemble des auteurs ainsi qu’aux lecteurs, souhaitant les soutenir, à se mobiliser à Angoulême le Samedi 31 Janvier pour une marche des auteurs et de soutien à la création.

Nous communiquerons prochainement les détails de cette action.

Ne ratons pas ce rendez-vous, restons vigilants et mobilisés !

Le SnacBD

Première mobilisation Charte et SnacBD à Montreuil !

banniere-attack

À tous les auteur(e)s de BD ,

Comme vous le savez peut-être déjà, les auteurs du livre jeunesse se mobilisent lors du salon du livre de Montreuil qui a lieu du 26 novembre au 1er décembre (plus de détails  ici ).

Comme beaucoup d’artistes et d’auteurs, leurs préoccupations  sont  les mêmes que les nôtres: Réforme du RAAP, de la sécurité sociale, rémunérations, etc.

Joignons- nous à eux dans une semaine lors de l’inauguration du Salon le Mercredi 26 Novembre  pour porter nos revendications ensemble et d’une même voix !

Comment  faire si vous n’avez pas de carton invitation pour l’inauguration ?

Il vous suffit de nous envoyer un mail à info@syndicatbd.org  ayant pour titre « action salon de Montreuil »  avec votre nom et prénom. Nous vous renverrons un mail de confirmation* avec les détails d’organisation.

Une nouvelle fois, c’est le moment de montrer que vous êtes toujours déterminés et  que ce mouvement prend même de l’ampleur !

Plus nous serons visibles, plus nous serons entendus.

Restons vigilants et mobilisés !

Le Snac BD.

* si vous ne recevez rien, vérifiez dans vos spams.

RAAP-SECU: Restons vigilants et mobilisés !

banière snac

Depuis le débrayage de Saint Malo, les représentants des auteurs (le Snac, ou par le CPE dont le snac fait partie) ont pu entamer des échanges avec les représentants du conseil d’administration du RAAP ainsi qu’avec les nouveaux représentants du ministère de la Culture.

Sur la réforme du RAAP, régime complémentaire de retraite. Deux réunions ont déjà eu lieu entre le RAAP et le CPE (la dernière en date avait fait l’objet  d’un compte-rendu). Pour la prochaine étape, le CPE devrait donc rencontrer la Sofia afin de connaitre les possibilités de garanties concernant sa participation au financement de ce régime. D’autre part, Marisol Touraine, la ministre des affaires sociales dans une lettre adressée à la ministre de la culture  daté du 26 septembre où elle cite expressément le Snac, résultat de votre mobilisation,  propose de différer temporairement l’adoption de la réforme pour permettre de nouvelles concertations.

Sur la réforme de la sécurité Sociale, impliquant notamment la fusion de la MDA et de l’AGESSA. Même si nous n’y sommes pas opposés au principe même d’une réforme dans la mesure où celle-ci peut permettre des améliorations pour les auteurs, cette dernière pose, comme nous l’avions déjà évoqué auparavant, un certain nombre d’interrogations tant sur le fond que sur la forme. Jusqu’à maintenant, aucune réponse  claire, aucun projet précis ne nous a été soumis. Là encore, l’effet de la mobilisation des auteurs a porté ces fruits puisque la nouvelle équipe au ministère de la Culture que nous  avons rencontré ce jeudi 6 Novembre à sa demande, nous a confirmée vouloir réévaluer la pertinence de la réforme et relancer la concertation en nous affirmant que le projet de réforme sera réellement discuté.

Pour résumer, les avancés sont lentes et, sans doute, encore insatisfaisantes mais si rien n’est encore acquis sur le fond, le dialogue semble entamé et la mise en place de ces réformes est suspendue aux résultats des discussions.

Cela a  été possible grâce et uniquement grâce à votre réactivité.

Les représentants des auteurs n’obtiendront de résultats que si votre mobilisation continue et même s’amplifie. Il ne tient qu’à notre volonté commune de faire bouger les lignes.

Nous vous communiquerons très bientôt d’autres moyens d’action, aussi, plus que jamais :

Restons vigilants et mobilisés !

 

 

Compte rendu de la réunion RAAP – CPE du 16 Octobre

banniere-infos

 

Le 16 Octobre, les représentants du RAAP ont rencontré le CPE (Conseil Permanent des Ecrivains). Il leur avait été demandé de fournir des précisions sur l’avenir du système de retraite et la réforme en cours. Un représentant du Snac BD était présent à cette réunion, dont nous vous proposons une petite synthèse..

Le RAAP a fourni les précisions et documents qui lui avaient été demandés en toute transparence, mais on ne peut pas encore espérer un infléchissement de sa position sur les prévisions de cotisations et les barèmes qui nous avaient mobilisés. Des avancés dans les modalités de ce projet de réforme semblent cependant se préciser sur les seuils et le plafond de cotisations pour les affiliés.

Le RAAP continue pour l’instant dans sa présentation à ne se reposer que sur la SOFIA pour alléger la cotisation prévue à la  charge des auteurs (affiliés Agessa et du livre uniquement). Un rendez-vous avec la Sofia devrait être programmé dans les prochaines semaines pour savoir si cette société pourra effectivement prendre  en charge sa part dans les montants prévus par le RAAP (rappelons que pour l’instant nous n’avons reçu aucune assurance en la matière)

Il incombe désormais au CPE qui s’y attelle, de calculer et proposer d’autres taux et modes de répartition, de sorte que le financement de cette cotisation retraite complémentaire ne pèse pas pour plus de 4% sur les revenus des auteurs.

– sur la retraite complémentaire (son utilité, son efficacité), les représentants du RAAP ont tenu à rappeler le réel intérêt financier du régime selon eux, et à exposer que pour 8% de cotisations, nous amortirions après la date de notre retraite, nos cotisations versées, en 8 ans (4 ans pour ceux dont la moitié des cotisations est prise en charge par la Sofia) et que nous pourrons récupérer par notre retraite 10% de nos revenus d’activités par tranches de 10 ans de cotisations à ce taux ( ainsi 20% de nos revenus pour 20 ans de cotisation, etc…). Dans l’état actuel de nos informations et sans préjuger de la garantie de fiabilité de ces calculs, difficiles à comprendre et à expliquer, il reste délicat d’avoir une évaluation globale de la retraite ainsi engendrée en fonction des différentes hypothèses de “carrière” des uns et des autres…

– concernant les auteurs percevant une retraite, la question d’une contribution solidarité à un taux minoré à 1 ou 1,5% a été abordée. Il s’agirait là d’une situation qui serait un moindre mal pour les auteurs percevant une retraite qui pourraient sinon, à défaut d’une telle mesure, se voir appeler une cotisation au taux plein comme dans certains régimes.

En conclusion, même si nous nous réjouissons que la discussion soit amorcée,  les tractations avancent lentement et le risque de nous faire devancer par un décret du ministère des ASF entérinant la réforme du RAAP en 2015 est réel.

C’est pourquoi nous envisageons d’interpeller  notre nouvelle ministre de tutelle, Mme Fleur Pellerin, pour nous assurer qu’aucune action ministérielle ne viendra couper court aux négociations en cours.

Soyons vigilants et mobilisés!

Debrayage et Rencontre SnacBD de St Malo, votre mobilisation fait bouger les lignes !

[metaslider id=36]
Le Snac BD tient officiellement à remercier tous les acteurs du festival Quai des Bulles de Saint Malo. Tous.
  • Les organisateurs, qui nous ont aidés, et ont compris le sens de notre action.
  • Les libraires, pour leur solidarité.
  • Les festivaliers pour leur soutien et l’intérêt bienveillant malgré la gène occasionnée.
  • Les éditeurs, qui semblent réaliser la situation des auteurs.
  • Les auteurs, enfin, qui sont de plus en plus mobilisés et sont en train de faire bouger les lignes sur les sujets évoqués dans l’assemblée* (vidéo de la rencontre ici)

Ce rendez-vous était une réussite, un signal fort, envoyé à tous nos interlocuteurs : politiques, administratifs, et éditoriaux. Mais ce mouvement doit continuer.

Le prochain rendez vous est le forum de la Société des Gens de Lettre les 21 et 22 Octobre prochains**Venez nombreux, tous ces sujets et leur impact sur notre qualité de vie seront abordés. Or, les intervenants sont importants : hauts fonctionnaires, dirigeants d’administrations, les gens qui ont de l’influence sur nos métiers seront présents. C’est le lieu idéal pour les écouter mais aussi les interpeller et attirer l’attention sur nos difficultés.
D’autres actions, d’autres rendez vous auront lieu, nous vous tiendrons informés.
Merci encore à tous,
Restons vigilants et mobilisés !
*salle remplie et fermée pour raison de sécurité, nous nous en excusons auprès de ceux qui n’ont pas pu nous rejoindre. Mais qu’ils se rassurent, une vidéo de cette rencontre sera mise en ligne très prochainement.
** Entrée libre – Inscription et réservation : communication@sgdl.org tél : 01 53 10 12 07